Comprendre les Enfants, Adolescents HPI

Nicole Juliette FOUQUE Sophrologue Institut Supérieur de Psychologie de Paris Ecole de Sophrologie 1997 

Académie Internationale de Sophrologie Caycédienne de Paris 2018

NAF/APE 8690F Activités de santé humaine non classées ailleurs

AVVH sasu Siège social 231 rue Saint-Honoré 75001 Paris  Siret 882 663 214 000 14 R.C.S Paris Tél +33(0)1 42 74 08 78    Email : contact@avvh.fr

Site Web : www.avvh.fr  Code NAF 8690F Activités de santé humaine non classées ailleurs

Toute reproduction totale ou partielle de ce site ou d'un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, est interdite et constituerait une contrefaçon qui est un délit sanctionné par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La Sophrologie Caycédienne est apolitique et laïque. Elle n’est liée à aucun courant idéologique ou religieux et respecte les croyances et les opinions de chacun. 

 

 

M1. L’ENFANT - L’ADOLESCENT A HAUT POTENTIEL DIT SURDOUE
&
La Cohérence cardiaque
La Sophrologie Caycédienne
Les Techniques de relaxation

 

 

 


I. Quelles sont ses caractéristiques particulières de fonctionnement ?

 


L’Enfant surdoué se caractérise par 2 particularités :


1. son mode de pensée différent et
2. son fonctionnement affectif particulier.


Il est très important que l’entourage de l’Enfant à haut potentiel puisse comprendre son fonctionnement qui est composé de ses 2 caractéristiques : son mode de pensée différent et son fonctionnement affectif particulier. La compréhension de son entourage permettra à l’Enfant à haut potentiel de s’épanouir complètement au niveau de ses ressources intellectuelles et psychologiques qui sont très riches.


La douance n’est pas une question de maturité c’est une grande richesse de personnalité de l’Enfant il a une forme d’intelligence différente des autres Enfants.

 

L’Enfant surdoué se construit différemment des autres Enfants parce qu’il a une forme d’intelligence différente, il est en avance souvent dans certains apprentissages tels le langage, la marche, la lecture, et cette différence avec les autres Enfants est liée à sa
particularité de fonctionnement et non à sa précocité.

 

 

 


Les particularités affectives de l’Enfant surdoué :

 

L’Enfant surdoué nait avec ses particularités affectives qui vont constituer la caractéristique principale de son organisation psychoaffective sur laquelle il va construire sa personnalité.

 


Un atout, cette perception sensorielle et lucide de son environnement.

 

Avec cette extrême sensibilité, l’Enfant surdoué capte très rapidement et en permanence tout ce qui l’entoure et perçoit et analyse instantanément toutes ces informations tout en ressentant profondément les émotions des gens qui l’entourent, il est une véritable éponge.

 


Une souffrance, cette gigantesque effusion sensorielle permanente.


L’Enfant surdoué vit dans son monde émotionnel, étant branché en permanence sur son environnement affectif il est constamment assailli en retour d’informations sensorielles, qui sollicitent en permanente ses émotions, ses sensations et ses divers questionnements. C’est sans fin.

 


L'hyperesthésie est l'hypersensibilité d'un ou de plusieurs sens.


L'hyperesthésie est l'une des caractéristiques qu'on retrouve couramment chez les personnes à Haut Potentiel. Les personnes à Haut Potentiel Intellectuel et à Haut Potentiel Emotionnel ressentent tout, en permanence, de façon exacerbée.

 


L’hyperesthésie :


C’est la grande sensibilité des 5 sens qui sont : la vue, l’ouïe, le goût, l’odorat et le toucher.


Les 5 sens chez l’Enfant surdoué


La vue : des Enfants au regard perçant et scrutateur


L'hyperesthésie visuelle, son sens de l'observation est très développé, la plupart perçoivent les moindres petits détails du monde qui les entourent, ils peuvent avoir une sensibilité particulière à certaines luminosités. L’Enfant - Adolescent à haut potentiel voit tous les détails avec une précision étonnante, il est capable de distinguer un nombre impressionnant d’éléments qui se trouve dans son champs visuel, il peut également repérer les détails d’une physionomie ou des détails vestimentaires qu’il intègre dans son analyse de la Personne ainsi détaillée.

 


L’ouï : L’Enfant surdoué entend des sons sur des fréquences très larges


L'hyperesthésie auditive, c'est la capacité à percevoir des fréquences très larges et à prendre en compte plusieurs sons en même temps. Pour quelques-uns certains bruits sont douloureux. Il peut écouter plusieurs sources sonores simultanément : Entendre en même temps parler des personnes dans différentes pièces de la maison, le son de la télévision, le bruit de la ventilation, l’eau qui coule du robinet, …

 


Le goût : L’Enfant surdoué peut différencier et apprécier des saveurs très proches


L'hyperesthésie gustative permet de distinguer des saveurs très proches, elle va avec une disposition à être gastronome. Ses capacités gustatives sont très proches de ses capacités olfactives. Ce sont souvent de grands gastronomes capables d’apprécier des mets rarement goutés par les Enfants.

 


L’odorat : L’Enfant surdoué possède un odorat très développé


L'hyperesthésie olfactive permet de distinguer de façon fine un grand nombre d'odeurs variées et d'odeurs à peine perceptibles pour d'autres personnes. L’Enfant surdoué semble avoir conservé cette capacité olfactive de perception de l’environnement, il est capable de repérer la présence d’une odeur quasiment pas perceptible par les autres,
mais aussi de lui donner un sens.

 


Le toucher : La réactivité tactile de l’Enfant surdoué est très élevée


L'hyperesthésie tactile va soit avec une recherche de contacts physiques, soit à l'inverse avec un évitement des contacts, car ils provoquent une réaction très forte ou trop forte. Pour d'autres personnes, certaines textures de vêtements sont particulièrement désagréables. En principe il aime et recherche le contact physique qui est pour lui une source non verbale de communication avec les autres. Toucher les autres, toucher les objets est pour lui une source de renseignement qui complète sa compréhension du monde. Son besoin de contact physique est souvent très élevé et indispensable à son équilibre affectif.

 

 

 


II. Comprendre le cerveau de la personne à haut potentiel du point de vue scientifique

 


Le cerveau du surdoué ne fait pas de tri et prend toutes les informations de son environnement sans les niveler, en leur accordant la même importance. Cela induit une surcharge d'informations qui l'oblige à mobiliser plus de connexions neuronales pour en tirer une conclusion.

 


Sources Sciences et vie « Chez les surdoués, non seulement les neurones et leurs connexions se développent encore passé l'âge de 7 ans, ce qui leur permet d'assimiler plus de connaissances que les autres enfants, mais en plus, un plus grand nombre de neurones sont enrobés de myéline, ce qui accélère le traitement de l'information. Résultat : les surdoués jouissent de capacités cognitives plus grandes et d'une analyse plus rapide.


Seconde différence physiologique : les voies de communication entre les différentes parties du cerveau sont plus denses et plus robustes. » Sources Sciences et vie 

 

 


Source https://zebreandco.com « Du cognitif à l’affectif : comprendre le cerveau du surdoué Les recherches les plus récentes insistent sur l’hyperactivation cérébrale : les réseaux de neurones sont activés de façon continue et les phases de repos sont moins fréquentes et conservent un niveau d’activation à minima.


Pour le surdoué cela se traduit par cette sensation constante d’en avoir « plein la tête ». La vitesse de transmission accentue la sensation : électriquement les informations sont transmises plus rapidement et vont être distribuées dans le cerveau sur un mode multispatial.


Or, on sait que certaines zones cérébrales ont été repérées comme responsables d’un type de fonction. Si, par exemple, une information verbale doit être comprise, la zone dite du langage, sera affectée à cette tâche. Il s’agit, bien sûr, d’une explication bien réductrice.


Cependant, le traitement des informations dans le cerveau du surdoué montre cette différence : toutes les aires cérébrales prennent en charge l’information, quelle qu’en soit la nature. Ce qui génère une vision holistique de toute information mais qui brouille par ailleurs la possibilité de focaliser l’attention sur l’information pertinente. Cette difficulté va se traduire par une pensée en arborescence, qui rend difficile le déroulement séquentiel de la pensée.


L’hypothèse d’une plus grande implication de l’hémisphère droit dans les processus cognitifs des surdoués a fait l’objet de nombreuses validations scientifiques.


La transcription de la pensée en mots est rendue plus difficile, la structuration verbale est fragilisée, les images deviennent dominantes.


L’activation privilégiée des compétences du cerveau droit renforce l’intelligence intuitive, fulgurante du surdoué, souvent bien en difficulté pour expliciter les étapes de sa pensée. Il n’a pas, lui-même, de visibilité sur ses propres mécanismes de résolution de problème ou de réflexion, il ne peut pas, il ne sait pas les justifier. Mécanismes à l’origine de bien des incompréhensions réciproques. Dans la réalité cognitive, les réseaux de neurones se sont activés à grande vitesse à l’insu de la conscience, ce qui ne permet pas ni d’en repérer le tracé, ni de les contrôler. La puissance de pensée crée une impuissance métacognitive : le surdoué ne sais pas pourquoi et comment il sait (ou ne sait pas d’ailleurs !).

 

Enfin, il a été montré un déficit de l’inhibition latente : le surdoué capte toutes les informations au même niveau d’importance, sans hiérarchisation. La sélection « automatique » de l’information pertinente ne s’active pas. Face au flot des données perçues, le cerveau peine à centrer et soutenir son attention.


Sur un plan émotionnel, la réactivité émotionnelle, liée à une vulnérabilité particulière de l’amygdale, fragilise la personnalité. Avec l’émotion au bord des lèvres, constamment, le surdoué réagit avec une intensité exacerbée à la moindre vibration émotionnelle de l’environnement. L’hyperesthésie (capacité développée de l’ensemble de cinq sens) renforce cette hypersensibilité affective : toute perception est amplifiée, grossie, démultipliée. Le surdoué voit ce que les autres ne voient pas, entend ce que les autres ne perçoivent pas, ressent fortement et parfois violemment ce qui échappe à la plupart d’entre nous. La grande susceptibilité, retrouvée dans tous les profils de surdoués, est une des conséquences de ce processus neuropsychologique de sensibilité émotionnelle exacerbée et mal contrôlée. Les débordements émotionnels, parfois violents, en sont la pleine expression. Source https://zebreandco.com

 

 


III. Comment identifier les Enfants – Adolescents à Hauts potentiels

 


L’Enfant – Adolescent à haut potentiel a une très grande capacité à tout ressentir très rapidement et tout le temps, cette exacerbation des sens que l’on nomme «hyperesthésie», élargie considérablement la perception du monde qu’a l’Enfant surdoué. Il ressent en qualité et en quantité une multitude de choses imperceptibles à la plupart d’entre nous. Sans oublier que l’information sensorielle est traitée avec une très grande rapidité.

 


Les Enfants – Adolescents et Adultes à haut potentiel sont des êtres atypiques. Plus que l’intelligence, une notion particulièrement difficile à définir, chaque personne surdouée est unique avec des caractéristiques particulières.

 

 


Ce sont les caractéristiques suivantes qui les décrivent le plus précisément :

 

La pensée en arborescence :

 

L’Enfant – Adolescent - Adulte à haut potentiel fait preuve d’une grande curiosité, une aisance verbale et la capacité de s'approprier des connaissances par ses propres moyens. Il pense dans un système qualitativement différent. Il active simultanément plusieurs branches de sa pensée arborescente. La multitude des connexions neuronales des personnes surdouées se traduit par une pensée en arborescence: c'est une pensée foisonnante, une idée entraînant une autre, puis encore une autre et encore une autre... Cette forme de pensée neuro-atypique est particulièrement créative.


• Cerveau qui « tourne » en permanence, questionnements sans fin, incapacité à trouver le bouton « pause ». Les informations parviennent au cerveau beaucoup plus rapidement.
• Importante capacité d’observation, repère tous les moindres plus petits détails.
• À l'aise pour faire plusieurs tâches à la fois, cette capacité de remplir plusieurs activités en même temps. Peut suivre plusieurs conversations en parallèle, parler et écrire, rêver tout en écoutant.
• Curiosité hors du commun, besoin de tout savoir, de tout comprendre, de tout démontrer.
• Intérêts très variés, passe aisément d’un domaine à l’autre.
• Emotions variées et exprimées facilement.
• Capacité d’attention, persévérance, pugnacité : forte si les situations sont intéressantes sinon pratiquement nulle (ce qui est souvent perçu comme un déficit d’attention). Si distrait, revient facilement à sa tâche.
• Forte capacité de raisonnement et de résolution de problèmes.
• Rapidité d’apprentissage, apprend le plus souvent par lui-même. Ses méthodes sont particulières, notamment pour la lecture et les mathématiques.
• A appris à lire seul, très jeune. Lit énormément.
• Vocabulaire très riche avec facilité pour la compréhension des subtilités du langage.
• Mémoire excellente. Il a une forme de savoir sans pour autant avoir appris (science infuse).
• Généralement doués en chiffres, jeux de société, puzzles etc.

 


L'hypersensibilité émotionnelle :

 

L’Enfant – Adolescent surdoué est doté d’une sensibilité émotionnelle très vive.

 

Intensité d’un niveau de réaction nettement plus élevé aux stimuli que la plus part des autres Enfants – Adolescent. Il en fait toujours « plus » tout le temps et pour tout. : Tout en lui est plus, plus agile, plus rapide, plus agité, plus attachant, plus exigeant, plus généreux, plus impatient, etc. Ses sentiments sont absolus et d’une intensité peu commune.


C’est un « être entier » il aime d’un Amour total, absolu et indestructible si vous êtes son héros comme celui qui saura le comprendre et fixer des règles justes, tout autant qu’il peut haïr si vous l’avez déçu ou pire blessé.


• C’est une véritable éponge émotionnelle.
• Hypersensible, très susceptible, l’Enfant surdoué est d’un tempérament doté de très vives réactions gigantesque et intense. Il démarre « au quart de tour » et prend tout « au pied de la lettre », doté d’une extrême susceptibilité, souvent douloureuse pour lui, il est difficile à vivre pour ceux qui l’entourent, les Parents, l’école, …. à la moindre remarque tout le touche et souvent le blesse, il explose dans un dévastation émotionnel que l’entourage aura du mal à calmer et surtout à comprendre. Ses réactions impulsives peuvent être violentes et spectaculaires, avec des colères bruyantes et ingérables.

 


L'empathie :

 

Souvent les personnes surdouées arrivent à savoir ce que d'autres personnes ressentent, et de ce fait elles ressentent les mêmes émotions et agissent en fonction.


Il a une forte empathie cognitive (sait identifier les émotions des autres) et une forte empathie émotionnelle (ressent les émotions des autres). L’Enfant surdoué est doté d’une grande empathie, il ressent la fragilité des autres et ressent leurs souffrances et leurs faiblesses. Il perçoit et prend à son compte le “climat” ambiant, sa perception émotionnelle de l’autre est instinctive, il est alors en proie très tôt à de nombreuses et fortes émotions qui le dépasse, il peut s’agir de peur voire de phobie,
d’anxiété, d’angoisse, de tics ou de tocs,… autant de pathologies difficiles à vivre dans lesquelles il ne faut pas les laisser s’enfermer.


En contrepartie il aura un amour, une passion sans borne pour un adulte dont il ressentira la solidité et la capacité à surmonter ses faiblesses.

 

 

Le sens de la justice :

 

Il y a fréquemment chez les personnes à Haut Potentiel une sensibilité particulière aux injustices et un besoin absolu de justice.


• Sens de la justice chevillée au corps. L’équité, la loyauté et la moralité sont également des valeurs qui lui tiennent à cœur. L’Enfant surdoué est particulièrement sensible à l’injustice, sa perception aiguisée de son environnement l’amène à saisir des situations souvent imperceptibles par les autres, dont l’analyse le conduit à en percevoir la moindre injustice. La recherche de la vérité devient une nécessité absolue.


• Les règles sont respectées si elles sont bien comprises et logiques. D’où l’importance de bien expliquer de façon rationnelle les règles misent en place. C’est-à-dire que l’Enfant doit admettre que les règles sont logiques, raisonnables, conforme au bon sens, avec justesse pour les comprendre et de ce fait les accepter puis les appliquer. Il a tendance à interpeller l’autorité si les règles sont infondées. Et pourtant il est en demande de règles justes à appliquer.


• L’enfant surdoué, très jeune, manifeste une conscience collective très forte. Il lui est difficile de s’abstraire du contexte collectif. Comment être heureux dans ce monde aux injustices criantes ? Et être heureux pour quoi faire ? Les grandes causes humanitaires, écologiques, ou même les conditions de vie quotidienne de personnes plus proches représentent pour cet enfant un sujet permanent de préoccupations. Les moyens de changer le monde occupent une grande part de la pensée effervescente de l’enfant. Il échafaude des plans, des programmes, des idées nouvelles qu’il pense pouvoir un jour réaliser.

« Quand je serai grand ».

 


La forte sensibilité sensorielle :

 

Parfois une forte sensibilité de certains sens peut aller jusqu'à l'hyperesthésie, cette hypersensibilité aux stimulations sensorielles.


• Hyperesthésie ou exacerbation de tous les sens (hyper réactif aux stimuli sensoriels). Il voit ce que les autres ne voient pas, sent ce que les autres ne sentent pas, perçoit ce que les autres ne perçoivent pas, ressent toutes les charges émotionnelles, les non-dits lors de rassemblements. En résumé, il est capable d’une grande discrimination c’est-à-dire de discerner, de distinguer les choses les unes des autres avec précision et cela dans toutes les situations qu’il vit.


• L’Enfant surdoué vit en état d’alerte permanent. Il est toujours en état d’alerte en hypervigilance émotionnelle avec l’analyse constante des choses, tout cela l’épuise.

 


Le perfectionnisme et l’Hypervigilance :

 

Nombreux sont les surdoués qui dans au moins un domaine de leur vie cherchent à faire les choses de façon parfaite. Leur perfectionnisme va de pair avec une difficulté à accepter et à assumer les échecs.


• Perfectionniste doublé d’une extraordinaire lucidité, qui entraîne souvent le doute, la peur de l’échec.
• L’Enfant – Adolescent surdoué porte sur le monde un regard extrêmement lucide. Cette lucidité est à l’origine d’une anxiété diffuse constante qui fragilise son organisation psychologique et empêche toute forme de lâcher prise.
• L’Enfant surdoué vit en état d’alerte permanent. Il est toujours en état d’alerte en hypervigilance émotionnelle avec l’analyse constante des choses, tout cela l’épuise. 

 


La créativité :

 

Il y a souvent une créativité, une inventivité et/ou un imaginaire riche chez les personnes à Haut Potentiel.


• Imagination débordante, énorme créativité, pensée souvent divergente, attrait pour l’expérimentation.

 


Une intelligence hors du commun :


• Intelligence cristallisée plus élevée que la vitesse de traitement des tâches ;
• Intelligence verbale supérieure à l'intelligence non verbale ;
• Intelligence émotionnelle élevée ;
• Pas ou peu de maladresse ;
• Intérêts intenses et variés.

 


Le sentiment d'être différent :

 

Le vécu de décalage avec la plupart des autres personnes de leur âge peut le conduire à se tourner vers des personnes plus âgées que lui (elle).


• La compagnie de personnes plus âgées que lui est systématiquement recherchée, il se sent bien avec des personnes plus âgées que lui, Enfants, adolescents, Adultes.

 


La pensée intuitive :

 

La pensée intuitive développée est l'un des soubassements d'une intelligence émotionnelle souvent élevée.

 


La curiosité :

 

Les personnes surdouées ont fréquemment une curiosité intellectuelle développée, qui va avec un besoin de découverte, de changement, toujours renouvelé.


• le besoin de changer de nouveauté : changer d'emploi ou d'activité fréquemment.

 


Un rôle de composition :

 

Un faux self qui empêche le vrai self d'apparaître, …


La trajectoire scolaire et professionnelle des hauts potentiels les a souvent conduits à développer des capacités de sur adaptation, un « faux-self », selon la théorie de Winnicott.


Les apports de Winnicott sont essentiels à la compréhension du faux-self (Winnicott, 1975).


Le faux-self est un mécanisme de défense que certains individus érigent pour se protéger contre un environnement qu’ils sentent menaçant s’ils dévient de ce qu’ils pensent que l’on attend d’eux. Il se fonde sur la soumission et la dépendance à un environnement non maîtrisable, au-delà de ce qui est nécessaire pour une bonne socialisation. Ces personnes perçoivent des risques importants à montrer leur vraie personnalité, à dévoiler leurs vrais désirs. Elles deviennent conformistes, adoptant une norme de comportements qu’elles pensent désirable aux yeux de l’autre dont elles dépendent.


• Il se peut que ne voulant pas se faire remarquer l’Enfant surdoué puisse aller jusqu’à se mettre en retrait, par exemple il sait lire mais ne veut pas le montrer, il connait beaucoup de chose mais fait l’ignorant, il peut se créer un rôle de composition pour passer inaperçu.
• Ou devenir un leader. Il peut parfois avoir le comportement totalement inverse et devenir un leader.

 


Le syndrome de l'imposteur :

 

 •  Si je résous un problème facilement, je n'ai aucun mérite." Le complexe de l'imposteur n'est pas un trouble psychique. Il s'agit plutôt d'une expérience, souvent vécue de façon douloureuse par les personnes à Haut Potentiel.

 

 

D'autres signes peuvent alerter sur une possible douance :


• l'ennui en classe,
• le niveau très élevé d'énergie,
• le manque d'estime de soi,
• le sens de l’humour développé. Un humour souvent très particulier pouvant être incompris.
• Très idéaliste, plein d’altruisme et de compassion.
• Rapidement pris d’un sentiment de frustration s’il ne rencontre pas les personnes souhaitées ou n’obtient pas les moyens pour réaliser ses grandes idées.
• L’Enfant surdoué peut ressentir une peur profonde du monde qui l’entoure et des gens qui le composent, qui donne suite à une angoisse qui le maintien dans un état de vigilance. Des peurs irrationnelles comme la peur du loup, des monstres, des fantômes, sont assez fréquentes et perdurent.
• En revanche dans des situations d’urgence, l’Enfant surdoué fait preuve de sang-froid et cède rarement à la panique car son esprit intuitif évalue rapidement la situation.
• Pour l’Enfant surdoué la blessure affective reste ouverte très longtemps, il cherche à comprendre la raison de l’agressivité ou de la méchanceté de l’autre. Lorsqu’il découvre que la situation ne méritait pas autant de blessure, il en ressent pour lui-même de l’agressivité en retour et il aura du mal à la maîtriser, ce qui peut entrainer chez lui des comportements violents qui paraitrons excessifs et inexplicables à son entourage.
• Introverti ou extraverti.
• La solitude. Il se peut aussi que dans la petite enfance il avait son monde privé avec des compagnons de jeu imaginaires et que par la suite il éprouve des difficultés pour rencontrer des êtres semblables d’où un sentiment de grande solitude.

 


Certains comportements peuvent très tôt attirer l’attention des parents sur la douance. Mais attention aux raccourcis, reconnaitre un ou des éléments de la liste ci-dessus ne suffit pas à poser un diagnostic, seul le bilan complet pourra confirmer la douance.

 

 

 

 

IV. Les mécanismes de défense de l’Enfant surdoué

 

 

Pour se protéger de ses agressions émotionnelles internes et externes, l’Enfant surdoué met en place des mécanismes de défenses, la maîtrise et le contrôle sont des mécanismes protecteurs, on repère 3 grandes variétés :


La défense par la cognition, la cognition est l'ensemble des processus mentaux qui se rapportent à la fonction de connaissance et mettent en jeu la mémoire, le langage, le raisonnement, l'apprentissage, l'intelligence, la résolution de problèmes, la prise de décision, la perception ou l'attention. Elle devient pathologique quand elle entrave le processus identitaire et contribue à une fragilité narcissique grandissante.


L’humour, l’Enfant – Adolescent surdoué a un grand sens de l’humour néanmoins il supporte mal le moindre trait d’humour à son égard et n’en comprend plus les nuances
et ne perçoit pas le sens comique. Il prend mot pour mot comme une attaque personnelle ce qu’il ressent comme une raillerie et une moquerie désagréable.


Le développement d’un monde interne hermétique aux autres, qu’il construit à son image, tout fonctionne comme son idéal, idéal complexe, ce monde lui appartient et il en maîtrise les moindre recoins. C’est un monde construit sur les bases de sa réalité avec des lois, des règles, des rapports humains, ce monde auquel il aspire de toutes ses forces.

 


Nous devons respecter le monde de l’Enfant surdoué, il a besoin de son monde pour vivre.


Nous pouvons lui expliquer de faire le pont entre son monde et le notre, cela l’aidera à apprivoiser la réalité pour qu’il en ait moins peur, et lui permettra de cohabiter les 2 mondes pour qu’il les alimente l’un et l’autre de leurs richesses et de leurs atouts respectifs. Sa personnalité s’en trouvera grandie.

 

 

 

V. Les enfants à Haut Potentiel HP et la famille


Les parents ne doivent pas modifier leur attitude éducationnelle devant un haut potentiel (HP) ou un sujet lambda. Les limites à fixer restent les mêmes pour les deux types d’enfants.


Cela est difficile à réaliser, car le HP remet sans cesse en question le bien-fondé des règles établies dont il repousse continuellement les limites. L’affection vouée aux HP devrait être plus marquée que celle portée aux sujets lambda. En effet, l’enfant HP vit un « décalage » entre son âge mental (supérieur à la norme) et son âge physique (égal aux sujets lambda).

 

Le vide à combler devient d’ordre affectif.

 


Le dilemme parental est donc :

 

comment témoigner plus d’amour à un HP qu’à un sujet lambda sans que l’un et/ou l’autre ne s’en aperçoive et modifie alors son comportement ?


Une autre difficulté pour les parents est de parvenir à se positionner par rapport au savoir d’un HP, souvent supérieur au leur.

 

Une issue est la collaboration, pour lui monter qu’il est capable de s’émanciper seul et que cela ne nuira pas à l’affection dont il a besoin pour y parvenir. Il découvrira peut-être qu’il ne sait pas tout et « retrouvera » ainsi ses parents dans leur réalité entière.


D’une certaine façon l’Enfant surdoué se retrouve prématurément dans une problématique adolescente, c’est-à-dire dans cette phase de développement au cours de laquelle les parents sont remis en question, critiqués, jugés.

 

Pour l’Adolescent cette phase est indispensable à l’affirmation de sa marque identitaire personnelle, pour le petit Enfant c’est difficile à vivre. Malgré sa lucidité et ses capacités d’analyses, l’Enfant dispose de moyens d’élaboration psychique qui restent conforment à son âge et il se retrouve confronté à une situation complexe impossible à élaborer.


La complexité dans la mise en œuvre de processus identificatoires aux Parents est une source d’angoisse importante pour l’Enfant surdoué et fragilise sa construction identitaire.


Le style parental démocratique à la fois à l’écoute de l’enfant et également strict en expliquant pourquoi on applique des règles, semble être le style optimal pour les enfants à haut-potentiel, comme pour les autres d’ailleurs.

 

 

 

 

VI. La scolarité de l’Enfant surdoué :

 

 

La scolarité doit être adaptée à sa particularité de fonctionnement intellectuel.


Les Enfants – Adolescents à haut potentiel ont ainsi fondamentalement besoin pour s’épanouir, d’être reconnus et acceptés dans leur différence et de développer leur potentiel à leur rythme.


Les enfants surdoués ont un parcours scolaire souvent très chaotique, ils sont psychologiquement vulnérables, ont des repères narcissiques flous, souffrent toujours d’une conscience douloureuse du monde. Selon la personnalité de chacun ils sauront plus ou moins développer des défenses et des ressources pour transformer leur particularité en atout, en projet de vie réussie. Mais pour certains, au développement marqué par des difficultés affectives multiples, les troubles psychologiques se manifesteront sous des formes plus ou moins sévères. Pour ceux-là, les décompensations psychologiques à l’adolescence sont fréquentes avec des tableaux cliniques atypiques et des prises en charge difficiles.


Cet enfant à l’intelligence qualitativement différente et c’est cette différence qui permet de donner sens aux difficultés qu’ils rencontrent. A l’école, la différence de son mode de pensée, de ses procédures de raisonnement, de sa logique mathématique, de sa structure de pensée décale cet élève de ce qui est attendu par l’enseignant et le pénalise lourdement. Le plus souvent, lui-même ne comprend pas pourquoi il ne réussit pas puisqu’il lui semble bien comprendre le contenu, anticiper le déroulement, assimiler les subtilités de l’apprentissage.


Mais il le fait selon d’autres modalités sans en avoir clairement conscience.


L'éducation nationale emploi le terme d'élève intellectuellement précoce (EIP) pour qualifier l’enfant "intellectuellement précoce", "surdoué", "à haut potentiel" ou "à haut potentiel intellectuel", etc. Les EIP représentent, selon les différents travaux et études, de 2 à 5 % des élèves quels que soient le milieu social et l'environnement familial. Certains ont une scolarité sans heurts, voire brillante, mais d’autres sont en grande difficulté scolaire.


C’est pourquoi les élèves intellectuellement précoces (EIP) font partie des élèves à besoins éducatifs particuliers. Le code de l’éducation prévoit dans son article L.321-4 que des aménagements appropriés doivent être mis en œuvre afin de leur permettre de développer pleinement leurs potentialités.

 

 

 


VII. Le mode de pensée de l’Enfant surdoué

 

Comprendre les particularités de la pensée de l’Enfant surdoué et apprécier la spécificité de son fonctionnement est indispensable pour le comprendre et pour lui permettre une intégration réussie et un développement harmonieux de l’ensemble de sa personnalité.


Les différences de procédure de raisonnement, de système de compréhension, de méthode de mémorisation, de construction et d’élaboration des connaissances sont aujourd’hui de mieux en mieux comprises grâce à l’apport de la neuropsychologie, des neurosciences et de la neurobiologie du cerveau.


L’illusion que les autres pensent comme nous peut nous conduire à un problème fondamental de communication.


L’Enfant surdoué ne dispose pas des mêmes implicites que tout le monde.

Cela peut l’amener à ne pas comprendre ce qu’on lui demande, à donner une réponse à côté, ou encore à dire « je ne sais pas ». Ce n’est ni de l’insolence ni de la provocation mais seulement une incapacité à comprendre la même chose.

Ne pas disposer des mêmes implicites entraîne un défaut d’anticipation. L’Enfant surdoué ne sait pas ce que vous attendez de lui et ne peut pas s’y préparer.


Pour l’Enfant surdoué, le sens précis du mot a une valeur en soi. Il prend les mots au pied de la lettre. Lorsqu’il dit qu’il n’a pas compris posez-lui la question : « qu’est-ce que j’ai dit exactement ? » Vous serez surpris de constater que le plus souvent il a appliqué à la lettre ce que vous lui avez demandé, il interprète mot à mot ce qui lui a été demandé.


Il utilise des modes de calcul et de raisonnement différents.

Ces modalités sont inaccessibles pour les autres mais aussi pour lui. Il ne peut expliquer comment il raisonne et ne sait pas justifier ses résultats. Il ne s’agit pas de mauvaise volonté ni de provocation mais d’impossibilité à accéder à ses propres stratégies.

 

 


RECAPITULATIF


Fonctionnement de l’Enfant – Adolescent surdoué :


Un système et une organisation de la pensée qui ne répondent pas aux règles et au fonctionnement habituels.
Une pensée qui active simultanément plusieurs canaux de réflexion, d’associations d’idées.
Une pensée qui se déploie sans cesse, avec des idées qui s’enchainent sans fin.
Une pensée puissante mais sans limites qui a besoin d’un cadre pour s’organiser.
Une pensée créative et qui s’éloigne des sentiers classiques.
Une pensée intuitive, capable d’associer des idées qui appartiennent à des domaines éloignés les uns des autres.

Une pensée globale qui a des difficultés à découper, développer, justifier, argumenter. Une pensée qui ne peut se construire si le sens n’est pas exactement défini.


 www.avvh.fr