Le point de vue de la Science

Nicole Juliette FOUQUE Sophrologue Institut Supérieur de Psychologie de Paris Ecole de Sophrologie 1997 

Académie Internationale de Sophrologie Caycédienne de Paris 2018

NAF/APE 8690F Activités de santé humaine non classées ailleurs

AVVH sasu Transfert du Siège social en cours, du 231 rue Saint-Honoré 75001 Paris  Siret 882 663 214 000 14 R.C.S Paris  au 11, chemin de la digue 04000 DIGNE LES BAINS

Tél +33(0)6 86 79 72 05   Email : contact@avvh.fr  Site Web : www.avvh.fr  Code NAF 8690F Activités de santé humaine non classées ailleurs

Toute reproduction totale ou partielle de ce site ou d'un ou de plusieurs de ses composants, par quelque procédé que ce soit, sans autorisation expresse de son créateur, est interdite et constituerait une contrefaçon qui est un délit sanctionné par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. La Sophrologie Caycédienne est apolitique et laïque. Elle n’est liée à aucun courant idéologique ou religieux et respecte les croyances et les opinions de chacun. 

POINT  DE  VUE  SCIENTIFIQUE

 
M1. L’ENFANT - L’ADOLESCENT A HAUT POTENTIEL DIT SURDOUE
&
La Cohérence cardiaque
La Sophrologie Caycédienne
Les Techniques de relaxation

 

 

 


I. Du point de vue de l’OMS puis scientifique


« D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui se base sur un QI d’au moins 130, la fréquence des enfants à haut-potentiel intellectuel s’élèverait à environ 2,3% des enfants de 6 à 16 ans scolarisés. Les enfants à haut-potentiel restent toutefois encore mal compris. Ce défi  s’explique en partie par le fait que, ces enfants exprimant leurs talents dans des domaines extrêmement différents les uns des autres, il n’y a pas encore de définition claire sur ce qui caractérise ce haut-potentiel. Même s’ils ont une capacité d’apprentissage et de compréhension très rapide, des problèmes scolaires liés au stress peuvent parfois survenir, notamment lors de changement d’environnement comme l’entrée en 6e ou en 2nde. »

https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/comment-savoir-si-son-enfant-est surdoue-53461 (19 NOV 2020 À 11H00 Science et vie PAR CORALIE HANCOK)

 

 


Comment savoir si son enfant est surdoué ?


Ce n'est pas toujours facile, car un tel enfant peut très bien être en échec scolaire. Face à un petit hypersensible, solitaire, très timide ou au contraire très dissipé, très doué en classe ou au contraire en difficulté, de plus en plus de parents se prennent à imaginer qu'il est surdoué. 

 

 

 


Mais comment s'en assurer ?


Certains signes peuvent mettre la puce à l'oreille : bébés, ces enfants ont un regard scrutateur, ils marchent souvent vers 12 mois au lieu de 14, parlent avant 2 ans, savent lire sans apprentissage dès 3 ou 4 ans, formulent des questions métaphysiques (sur la vie, la mort...) dès 4 ans, etc. Mais ces caractéristiques ne suffisent pas à poser le diagnostic.


Le seul critère un peu objectif dont on dispose pour évaluer l'intelligence d'une personne est donné par les tests de QI. Les plus couramment utilisés consistent en épreuves verbales, de logique, de raisonnement, de mémorisation ou encore de visualisation. Un enfant sera estimé à haut potentiel s'il obtient un score supérieur à 130. Seuls 2,2 % des personnes d'une même classe d'âge y parviennent, ce qui correspond à un élève par classe de vingt-cinq tous les trois ou quatre ans...

 

 

 


LE TEST DE QI EST À PRENDRE AVEC DES PINCETTES

Cependant, en soi, un QI de 130 ne veut rien dire : un enfant réellement surdoué peut obtenir un score de 110 s'il perd ses moyens lors du test, alors qu'à l'inverse, un enfant "normal" peut atteindre 130 s'il a été poussé par ses parents. Il est donc crucial que le test de QI soit associé à un examen réalisé par un psychologue habilité, qui analysera le contexte familial et scolaire, et la personnalité de l'enfant pour expliquer le score obtenu. Quoi qu'il en soit, de l'avis des spécialistes, il est crucial de repérer très tôt un enfant à haut potentiel. Cela permettra de mieux le comprendre, de l'aider à mieux se connaître et de l'accompagner éventuellement dans son environnement familial, scolaire, et dans ses loisirs.

 

 

 


UN ENVIRONNEMENT INADAPTÉ LEUR EST NUISIBLE


Car les surdoués rencontrent diverses difficultés. Apprenant vite, ils peuvent se retrouver dans un environnement éducatif inadapté et s'en désintéresser. Une étude menée sur 145 surdoués, suivis pendant dix à vingt ans, a ainsi montré que près de la moitié n'a pas eu le bac ! Mais l'échec scolaire peut aussi découler de difficultés d'écriture (dysgraphie), de troubles de la coordination (dyspraxie), de lecture (dyslexie) ou d'un dysfonctionnement émotionnel. Car ces troubles sont souvent détectés plus tardivement chez ces enfants, du fait qu'ils semblent incompatibles avec un haut potentiel.


Enfin, les surdoués non repérés peuvent se sentir incompris, ce qui peut induire manque d'estime de soi et dépression. Heureusement, il existe des solutions pour aider les enfants surdoués à avoir une scolarité épanouissante. On peut leur faire sauter une ou deux classes, leur dispenser un programme scolaire enrichi, etc. L'objectif est d'assurer le bien-être de l'enfant. Comme il existe autant de profils de surdoué que d'enfants, il faut procéder au cas par cas, avec l'aide d'un spécialiste. Pour savoir quel psychologue contacter, le mieux est de se rapprocher d'une association de parents d'enfants précoces. »https://www.science-et-vie.com 

 

 

 

https://www.science-et-vie.com/questions-reponses/qu-y-a-t-il-a-l-interieur-du-cerveau des-surdoues-9873 (16 FÉV 2021 À 18H00 Science et vie par Karine JACQUET)

 

LE CERVEAU DES SURDOUÉS


« Les enfants surdoués ont un cerveau qui se développe de manière un peu différente des autres : le cortex s'épaissit plus longtemps, la matière blanche aussi, au niveau du corps calleux. Résultat : ils apprennent davantage et réfléchissent plus vite.
Le génie ne se repère pas seulement au travers d'une œuvre ou de théories, il se voit aussi à l'IRM. Les techniques d'imagerie cérébrale ont ainsi révélé que le cerveau de jeunes individus doués d'une intelligence supérieure, mesuré par un Q.I. supérieur à 120, se distinguait par l'épaisseur de son cortex.


Chez les enfants surdoués, cette couche externe du cerveau constituée de matière grise, où naissent le raisonnement et l'intuition, évolue différemment en fonction de l'âge et de l'intelligence : alors que le cortex des enfants d'intelligence normale à élevée (Q.I. entre 83 et 120) atteint son épaisseur maximale vers l'âge de 7 ans, puis s'amincit jusqu'à 19 ans, celui des surdoués est plus mince avant 7 ans mais continue de s'épaissir jusqu'à 11 ans, avant de s'affiner plus rapidement.

 

Or, l'épaisseur du cortex dépend non seulement du nombre de neurones et de synapses qui les relient, mais aussi de la quantité de cellules gliales (les cellules de soutien des neurones), ou encore de la présence de la gaine de myéline entourant les axones - les prolongements des neurones - et assurant la transmission de l'information. Vers 7 ans, le cortex des enfants d'intelligence standard s'amincit en éliminant des connexions inutiles entre neurones au profit de l'apprentissage : l'enfant accumule des connaissances et, pour cela, son cerveau renforce des voies de traitement de l'information (calcul, écriture, langage).

 

 


LE CERVEAU DES SURDOUÉS +++ :

PLUS ( + ) DE PLACE, PLUS ( + ) DE VITESSE, PLUS ( +) DE SYNERGIE


Chez les surdoués, non seulement les neurones et leurs connexions se développent encore passé l'âge de 7 ans, ce qui leur permet d'assimiler plus de connaissances que les autres enfants, mais en plus, un plus grand nombre de neurones sont enrobés de myéline, ce qui accélère le traitement de l'information. Résultat : les surdoués jouissent de capacités cognitives plus grandes et d'une analyse plus rapide.


Seconde différence physiologique : les voies de communication entre les différentes parties du cerveau sont plus denses et plus robustes. Les faisceaux de fibres nerveuses sont plus développés dans le corps calleux, qui relie les deux hémisphères, et dans le faisceau longitudinal, qui assure la liaison entre la partie avant et la partie arrière du cerveau. Ce qui conférerait aux surdoués une synergie optimale entre différentes zones du cerveau, par exemple l'attention et la mémoire pour résoudre un problème de maths.


Finalement, le cerveau des génies a beau être le même que celui du commun des mortels, il semble formaté pour fonctionner de manière optimale et c'est cela qui fait la différence. » science-et-vie.com

 

 

 

La Sophrologie Caycédienne est apolitique et laïque. Elle n’est liée à aucun courant idéologique ou religieux et respecte les croyances et les opinions de chacun. En aucun cas, la sophrologie ne peux se substituer à votre médecin généraliste ou spécialiste et ne remplace le traitement médicamenteux en cas de maladie, un sophrologue ne pourra jamais réaliser de diagnostic ou de prescription.

 


 www.avvh.fr